Michel Perdrisat

Lic ès lettres (Historien), pilote militaire et pilote de ligne (ret), Eglisau

Assimiler les sceptiques aux idiots «complotistes», conspirationnistes et révisionnistes revient à empêcher l’honnête homme de penser et de chercher la vérité. À cette eau-là, la propagande aura de beaux jours devant elle.

N’oublions tout de même pas que les attentats du 11 septembre ont mis en branle la machine de guerre américaine et coûté la vie à des milliers d’innocents citoyens irakiens et afghans, à des milliers de jeunes soldats et permis des atteintes graves aux droits de l’homme, à Guantanamo ou ailleurs. L’attaque de l’Irak a été entreprise avec l’objectif de détruire les armes de destruction massive de Saddam Hussein. La suite est connue.

Tous ceux qui se réclament de la démocratie ont le droit de poser des questions.

Or, l’enquête sur le 11 septembre a été bâclée. Dans leur livre «Without precedent», les présidents de la commission d’enquête sur le 11 septembre, Thomas Kean et Lee Hamilton, déclarent qu’on ne leur a pas donné les moyens de trouver la vérité.

Oser poser les questions qui fâchent, ce n’est pas faire de l’antiaméricanisme primitif. Ce sont les citoyens de cette grande nation qui ont eux-mêmes initié le mouvement.

Je ne suis ni «complotiste» ni conspirationniste. J’estime néanmoins qu’il est urgent de faire la lumière sur les nombreuses zones d’ombre de ces événements.

Dieser Beitrag wurde unter Aviatik veröffentlicht. Setze ein Lesezeichen auf den Permalink.